Le langage universel.



    La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots. Or en se déplaçant vers l'orient, les hommes découvrirent une plaine et y habitèrent. Ils se dirent l'un l'autre: "allons! Moulons des briques et cuisons-les au four." Les briques leur servirent de pierre et le bitume leur servit de mortier. "Allons! dirent-ils, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel! Faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre."
    Le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'Adam. "Eh, dit le Seigneur, ils ne sont tous qu'un peuple et qu'une langue, et c'est là leur première œuvre! Maintenant, rien de ce qu'ils projettent de faire ne leur sera inaccessible! Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu'ils ne s'entendent plus les uns des autres!"
    De là le Seigneur les dispersa sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi lui donna-t-on le nom de Babel car c'est là que le Seigneur brouilla la langue de toute la terre, et c'est de là que le Seigneur dispersa les hommes sur toute la surface de la terre.
                        La tour de Babel: (genèse. 11, 1- 9)



Introduction.

    Désireux de faire une étude descriptive du rêve à partir des images qui le constituent, riche de plusieurs années d'expérience basée sur des centaines de rêves de patients et d'un millier de rêves personnels, je me suis retrouvé à un moment donné face à une évidence:

Comment faire admettre cette étude
si elle n'était étayée par aucune base scientifique
et pouvait être remise en question à tout instant?

    J'ai dû alors reprendre mon réflexion en me demandant où en était la recherche scientifique à ce sujet.

    Quelle ne fut pas ma surprise alors, au moment même où je mettais en doute tout mon acquis, de constater que les découvertes scientifiques ne semblaient pas remettre en cause ma propre expérience en ce domaine ...

    Alors un nouveau travail commençait, aussi difficile pour moi que peuvent l'être les "figures imposées" en patinage artistique où, avant de donner libre cours à toute sa créativité, il est nécessaire de prouver que l'on est capable de faire des ronds et des huit parfaits ...
    Ce travail est parvenu à son terme après des mois d'une longue élaboration, car s'il était facile de décrire les mécanismes existant au sein du rêve comme nous le verrons ultérieurement, et dégager les correspondances entre le rêve et les découvertes actuelles dans ce domaine, la mise en forme de tous ces éléments pour les mettre à la portée du plus grand nombre demeurait un exercice ô combien difficile.
    Mais les rêves pouvaient peut-être m'apporter une réponse en ce domaine: ne décrivent-ils pas d'une autre manière, c'est-à-dire par des images, notre vécu intérieur pour compléter notre compréhension de ce dernier, compréhension qui ne se fait généralement qu'à partir des élaborations de notre pensée du quotidien? Les images pouvaient donc constituer le complément indispensable pour mieux décrire des mécanismes parfois bien difficiles à saisir.

    Il apparaît ainsi que le rêve est non seulement indissociable de ses supports nerveux, mais qu'il l'est aussi de l'évolution elle-même tant dans les rapports matériels qui lui donnent vie, que dans les comportements qui ont été sélectionnés par cette même évolution, en particulier le comportement social.



    
Toutefois, si l'analyse des rêves demeure, aujourd'hui encore, si sujette à caution, il semble que ce soit lié à une confusion : en effet, aucune distinction n'a été établie entre la conscience de l'homme, et son langage rationnel qui est celui des "bonnes raisons" qu'il se donne pour justifier ses comportements.
 

    En parallèle avec le "langage des rêves", nous développerons donc ici plus particulièrement le concept de "langage rationnel". En effet, c'est entre ces deux types de langages si différents que se situe l'incompréhension. Quant à la conscience elle-même, en tant que capacité de connaître sa propre réalité, elle n'intervient que lorsque la raison s'ouvre à ces autres composantes intérieure que révèlent les rêves au cours de nos nuits.

    Ainsi, si le titre de cet ouvrage est "Les portes du monde intérieur" parce que nous envisagerons plus tard ce que nous pourrons découvrir au-delà de ces portes, le véritable titre justifiant l'aspect novateur de cette étude devrait être :

"Essai sur le mécanisme des rêves ouvrant la voie vers une interprétation possible".



Chapitre 1 - Le rêve des origines à nos jours : (suite)