« Ce que nous comprenons n'est qu'un îlot perdu dans l'océan illimité de l'inexplicable ».












De la matière
à la matière.






5 - Evolution de la matière en images :

A – De la matière à la conscience :

        a - De la formation de l’Univers à l’apparition de la vie :

                  1 – Organisation de la matière de l’Univers, entre révolution brutale et évolution en milieu ouvert :


Les agencements au sein du vide se font par l’intermédiaire des champs de forces.

                  2 – La goutte d’eau, premier laboratoire en milieu fermé :

    Une enveloppe matérielle liée aux champs de forces en périphérie des gouttes d’eau facilite et potentialise les réactions chimiques et agencements. Cette enveloppe peut être aussi constituée de roche, comme on l’observe pour certains organismes mono cellulaires qui colonisent le sous-sol.
 

                  3 – Evolution de la matière organique en milieu fermé, entre protection et échange :

    Les enveloppes ou contenants deviennent les éléments indispensables des constructions biologiques.
 

                  4 – Association et spécialisation des cellules :


         Association, complexification, isolement dans un milieu qui permet toutefois les échanges avec le milieu extérieur, spécialisation et mise en commun de compétences diverses dans le milieu intérieur : telles sont les clés de l’évolution qui mènent à la conscience.

        b – Des premiers éléments de la matière organique à l’homme :



        c – Les étapes de la construction de la conscience :


         La conscience commence par la capacité à reconnaître son environnement : elle est dépendante des sens. Ainsi, une fourmi n’aura pas conscience de l’existence de l’homme qui l’observe, elle aura seulement conscience des effluves odorantes qui lui parviennent, des contacts qu’elle aura avec ses congénères, un prédateur ou un aliment.
De même, l’homme n’aura pas conscience de l’univers qui l’entoure de la même manière que l’homme qui a accès à une bibliothèque ou peut consulter Internet.
         Puis, le développement de la conscience devient dépendant de la capacité d’ouverture à l’autre.
Chez l’homme, grâce aux réseaux de communication (radio, télévision, téléphone…), le champ de la perception s’ouvre à un environnement inaccessible à sa perception immédiate, de même que les instruments qu’il utilise lui permettent de découvrir l’infiniment petit et l’infiniment grand.

De même, l’homme qui n’a conscience que de ses propres besoins sera incapable de percevoir l’univers qui l’entoure.

        d – Les étapes de la construction de l’intelligence au sein de la matière non-organique :


B – De la matière à la matière - la boucle de l’évolution :


         Si l‘on observe le cours de l’évolution de la matière à partir de l’origine que nous lui connaissons, on constate qu’après une divergence liée à a supériorité de la matière organique pour des transformations rapides et complexes, les deux courants se rejoignent à nouveau grâce à l’intervention humaine.


C – Lois humaines et lois universelles :

         De même que l’homme répond aux lois universelles, l’Univers pourrait-il répondre aux lois qui régissent la nature humaine ?

         Nous savons que l’homme peut faire son introspection, à la fois par les capacités complémentaires de ses cellules cérébrales, et l’aide que peuvent lui apporter ses semblables : c’est ainsi que chacun peut s’enrichir des connaissances de l’autre.


         De même que les êtres humains qui s’agitent sur le Web y cherchent toutes les réponses à leurs questionnements, se pourrait-il que les cellules cérébrales soient capables, à un niveau différent, de réaliser la même prouesse ?
Communiquant entre elles par le réseau filaire des axones et dendrites, elles effectuent sans relâche un travail de réception et de compression d’informations multiples, avant de les redistribuer selon les nécessités.


         Tout ce que l’homme s’attribue (conscience de soi grâce à sa capacité d’introspection, connaissance du monde extérieur…) pourrait-il également être attribué à d’autres états de la matière ?

    Alors, serait-il possible d’imaginer que l’Univers, après une longue évolution, débutée par une naissance, et jalonnée de périodes de maturation difficiles, exploite les capacités de ses créatures vivantes pour se connaître, de même que l’homme atteint ce but en exploitant les capacités de ses minuscules cellules ?
 


« Tout ce qui existe est à l’origine de la conscience et participe à son développement.
Pourrait-on alors parler de conscience de l’Univers
ou d’une conscience universelle ? »


         Nous nous garderons bien ici d’affirmations hâtives qui pourraient devenir des croyances.
De même que la fourmi ne saura jamais si l’homme a conscience, sans doute ne saurons-nous jamais ce qu’il en est de l’Univers.
         Aussi, à défaut de savoir d’où a surgi le phénomène de la conscience, c’est à l’homme que nous allons maintenant nous intéresser, et avant tout, à son développement au cours de l’enfance. Le développement de l’enfant, soumis à des processus différents de ceux de l’adulte nous permettra de saisir comment le développement d’une intelligence collective a pu perturber son développement naturel.

« La conscience est l’aboutissement d’un ensemble communiquant où chaque élément
tient une place irremplaçable. »


En résumé :


« Peut-on dissocier l’homme de son passé et de son avenir ? »


Nous allons maintenant quitter le domaine de la conscience.
Nous y reviendrons plus tard, mais il nous faut auparavant comprendre comment s'effectue son développement chez l'homme. C'est l'objet du prochain chapitre que vous pouvez retrouver sur l'image clicable en haut de page (à gauche) ou dans le plan du site, et qui a pour objet :



La naissance de l'esprit sain.


Note de l'auteur :